Passion Astrologue Mercure Venus auxiliaires extériorisation

Mercure et Vénus: auxiliaires d’extériorisation, comprendre l’articulation entre mental et affects

Il y a quelque temps déjà, j'ai détaillé en profondeur en quoi consiste la fonction planétaire mercurienne, depuis la naissance et l'enfance, dans ses qualités de discrimination, de cognition, d'apprentissage, puis à l'age adulte en termes d'extériorisation, de sociabilisation, de transmissions / enseignements…

Mais il y a un autre parallèle intéressant à faire, c'est de comprendre l'articulation avec la fonction vénusienne, dans la manière dont elle intervient elle aussi dans nos interactions sociales, et pour comprendre “comment” ces 2 planètes en réalité s'articulent et forment nos auxiliaires primordiaux d'extériorisation ! (de Projection sur le monde)

Si Mercure gère la “fonction intellectuelle”, le mental, et l'établissement de nos liens sociaux en général, dans tout notre environnement immédiat, avec la pluralité de nos proches, de la société, Vénus gère pour sa part plus spécifiquement les relations interpersonnelles, c'est à dire la façon dont on aborde une seule personne en face de soi, mais aussi dans tout ce qu'il y a au delà de la communication verbale, dans les différents “signes” que l'on envoie à l'autre plus ou moins consciemment (des postures, des regards, des comportements, etc).

C'est un peu comme si Vénus commençait sur les terres de la communication là où Mercure s'arrête.
Là où Mercure va intellectualiser et analyser, Vénus fait intervenir les affects, les ressentis, le magnétisme…

La fonction vénusienne “ne parle pas” pour convaincre l'esprit, elle s'adresse plus “au coeur” et “en rayonnant”, aux instincts, à tout ce qui n'est pas maitrisé par la rationalité mais qui intervient pourtant bel et bien dans nos choix, dans nos expressions, dans notre manière de nous lier aux autres.

Car leur coeur de la fonction vénusienne est bien là : elle agit au niveau de nos mécanismes d'attachement !

Mercure en lui même reste “froid”, ou neutre si vous préférez, il prend simplement des informations et les gère en fonction, un peu comme juste “des données informatiques” (un apprentissage, une nouvelle connaissance, une transmission d'information), il sert juste de vecteur.

Tandis que Vénus est plus “chaude”, elle tend à appliquer une “qualité” aux informations reçues, c'est à dire qu'elle ajoute une “strate émotionnelle” qui va dire en gros sur chaque information “j'aime ou j'aime pas”.

C'est elle qui représente le coeur de tout notre système de valorisation, qui va d'un coté de l'amour / l'attachement, à son opposé diamétralement inverse la haine / l'aversion ou la répulsion.

Avec la fonction vénusienne, on accède donc à toute une palette de nuances dans le classement que l'on opère sur chaque information reçue ou sur chaque échange relationnel : dans nos diverses extériorisations sociales, elle gère la charge affective que l'on porte aux situations, aux personnes.

C'est comme si chaque information reçue recevait une sorte de coefficient multiplicateur qui dise soit “attention, cela a de la valeur, j'y suis très attaché”, ou au contraire “cela ne m’intéresse pas, je peux l'oublier / le rejeter”.

A ce titre, la fonction vénusienne agit aussi comme une sorte de “filtre”, qui permet également de classer, de hiérarchiser, et de ne pas se retrouver complètement “saturé” par des données / des informations, si au fond on y accorde pas de valeur, qu'elles ne représentent aucun attachement pour nous.

Également, et au contraire, la charge affective vénusienne agit aussi comme un système venant “renforcer” certaines parts du mental mercurien parfois : on sait par exemple, qu'une information, une connaissance, un apprentissage, qui est reçu avec une charge affective et émotionnelle importante, se trouve du même coup énormément renforcé en termes de mémorisation et de compréhension !

En clair, c'est comme si le marqueur émotionnel et affectif venait vraiment pour accroitre la rapidité des mécanismes de cognition, l'appréciation du monde extérieur, de son environnement, passant au travers du prisme des ressentis.

Il ne faut pas oublier que dans le système solaire, au sein des planètes personnelles, Vénus vient juste après Mercure, elle représente le second “filtre” par lequel passe la lumière solaire de la volonté, de l'individualité, pour se spécialiser, se personnaliser…

Autant dans mon article développé sur la fonction mercurienne je disais que sans l'énergie de Mercure, l'être humain ressemblerait complètement “à un légume”, autant ici sans la fonction vénusienne, l'être humain serait incapable de polariser son mental, son intellect, il verrait le monde comme quelque chose d'intégralement monochromatique, où tout se vaudrait perpétuellement, sans bien, sans mal, sans beauté, sans laideur, sans gout spécifique en réalité, tout lui paraitrait marcher à l’unisson et de manière bien insipide !
Il “comprendrait” mais serait un peu comme un robot sans âme…

Vénus est vraiment à la racine de ce qui différencie dans la pluralité, mais c'est en elle aussi du coup que se trouve les germes des excès !

La passion, la détestation, mais aussi d'ailleurs l'octave supérieure vénusienne qui est l'Amour Absolu… Et cette octave supérieure, c'est évidemment Neptune, qui correspond ni plus ni moins qu'au fait d'embrasser la totalité du spectre possible des affects, en sublimation reconnaitre l'amour et la haine comme égaux, et en conséquence englober l'ensemble de cette polarisation dans son propre spectre des valeurs personnelles.

L'age de la fonction vénusienne correspond plus à l'adolescence, c'est là que se créent vraiment “les gouts”, les premières attractions et répulsions, c'est là que l'on prend conscience du magnétisme, autant le sien d'ailleurs que celui que l'on peut subir des autres, dans nos premières amours notamment, et c'est aussi la fonction martienne (le désir) qui répondra à Vénus cette fois.

Mercure reste donc assez généraliste dans son lien aux autres, et Vénus est plus “personnelle”, dans le dialogue à une seule autre personne, dans tout l'approfondissement du “miroir” que peut constituer la personne en face de nous, la puissance du dialogue et de la “confrontation” qui peut en résulter, mais il faut donc réussir à “équilibrer” ces fonctions au mieux.

Gérer sa dualité entre les forces mercuriennes et vénusiennes

Naturellement, on peut se ressentir plus proche d'une ou l'autre de ces fonctions planétaires, de par nos propres énergies natales forcément !

Mercure et Vénus, en tant qu'auxiliaires du Soleil, ne s'éloignent jamais vraiment beaucoup de lui, et sont des planètes qui restent d'ailleurs elles mêmes toujours très proches dans le ciel, elles ne se font par exemple jamais de carré ou d'opposition vue de la terre, cela est totalement impossible…

Cependant, il est forcément très intéressant de comprendre comment s'expriment ces forces par rapport à l'ensemble du natal :

+Dans quels signes et dans quelles maisons elles s'insèrent ? (voir Mercure en signes et en maisons et Vénus en signes et en maisons)
+Font elles des aspects particulièrement importants à d'autres planètes ?
+Est ce que l'on arrive à bien gérer le mental face à ce que l'on ressent ?
+Est ce que l'on ne tend pas trop à intellectualiser les choses ? ou au contraire à se laisser déborder par les affects ?

+Connaissons nous également des schémas relationnels répétitifs ? qui tendent à se reproduire par rapport à telles situations, etc
Par exemple une peur de s'attacher ou d'être rejeté, une difficulté à se valoriser par rapport à l'autre, une attraction toujours vers un même type de personnes et de relations…

Cela peut donner autant d'indices qu'il y a quelque chose à chercher du coté d'une récurrence autour des planètes personnelles Mercure et Vénus, soit au niveau du natal d'ailleurs, soit dans vos actualisations du présent.
En réalité, chaque fois qu'un problème intervient au niveau des mécanismes d'extériorisation, il y a tout intérêt à analyser de concert ce couple planétaire…

Pour approfondir la thématique de Mercure en Astrologie, je vous conseille les livres :
Pour approfondir la thématique de Vénus en Astrologie, je vous conseille les livres :
Pensez à vous abonner à la newsletter astro pour être tenus informés des dernières publications ! Ainsi que la Lettre PREMIUM si vous souhaitez recevoir les informations en avant première...
A lire pour approfondir vos connaissances astrologiques : Par où commencer pour apprendre l'astrologie et Etudier Dane Rudhyar
Pensez aussi au Forum d'astrologie et à toute la communauté astrologique qui le compose, si vous souhaitez approfondir votre témoignage et échanger avec des membres, astrologues passionnés et amateurs...
Fil d'ariane :Consultations >> Sommaire du site

Comprendre son Thème natal

Soleil en MaisonsLune en Signes >> Lune en MaisonsMercure en Signes >> Mercure en MaisonsVénus en Signes >> Vénus en MaisonsMars en Signes >> Mars en MaisonsJupiter en Signes >> Jupiter en MaisonsSaturne en Signes et en MaisonsUranus en Signes et en MaisonsNeptune en Signes et en MaisonsPluton en Signes et en MaisonsLune Noire en Signes et en MaisonsNoeuds lunaires en Signes et en MaisonsL'astéroïde Chiron en Signes et en Maisons

Comprendre ses Transits

Soleil en Signes en transit >> Soleil en transit en maisonsLune en transit en Signes et MaisonsMercure en transit en Signes et MaisonsVénus en transit en Signes et MaisonsMars en transit en Signes et MaisonsJupiter en transit en Signes et Maisons
Vous aimerez aussi les articles astro suivants :

4 réflexions sur “Mercure et Vénus: auxiliaires d’extériorisation, comprendre l’articulation entre mental et affects”

  1. C’est très intéressant et ô combien instructif! 🙂 J’ai été très étonnée de voir Neptune pointer le bout de son nez dans cette histoire….. mais oui, en y réfléchissant, je comprends mieux….. (C’est d’ailleurs, sans doute pourquoi je compte aller vers un atelier sur la compassion, et l’auto-compassion.Tout s’expliquerait…. 🙂 )
    Mais j’ai une question…. Voir les aspects dans notre natal de Mercure et Vénus, d’accord, mais que fait-on après?
    Si on voit qu’il y a des soucis, par exemple plein de carrés, que faire? Comment notre thème pourrait nous aider? Ou le peut-il?
    Est-il là juste pour nous montrer le souci et à nous de chercher la solution ailleurs ou a t-il des réponses à nous montrer, à nous proposer?
    (grande question 🙂 ça doit rejoindre l’article: “Trouver une expression consciente aux planètes.”
    Mais c’est bien ça qu’on ne sait pas faire…. 🙂

    1. Christophe GUILLAUME

      Merci 🙂 “que faire après ?” c’est la totalité de l’étude du thème en réalité qui s’amorce, il est difficile de donner une recette universelle qui puisse s’adapter à tous, c’est vraiment fonction de la totalité des interactions…
      L’article sur l’expression consciente est effectivement une excellente piste, mais on pourrait aussi rajouter par exemple ceux là :
      https://passion-astrologue.com/comment-opere-psychologiquement-letude-de-son-theme-natal/
      https://passion-astrologue.com/faire-le-bilan-fonction-planetaire-5-approches-pour-faire-le-tour/
      Vous voyez on trouve toujours à rebondir sur de nouvelles compréhensions… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Astrologue