Passion-Astrologue-chance-et-astrologie

La « chance » transparait elle dans les astres et l’astrologie ?

« Est ce que l’on voit globalement astrologiquement si une personne est chanceuse ou pas au travers de ses énergies natales ? ou à l’inverse voit on la malchance transparaitre ? »

Troisième réponse à ma FAQ numéro 2 ! 😉

Y a t il des « configurations astrologiques chanceuses » ?

Et bien plusieurs axes de réponses ici ! D’une part oui évidemment, structurellement, certaines configurations natales seront plus faciles à vivre que d’autres, elles seront réputées plus « harmoniques », donc apporteront potentiellement plus de choses intéressantes et surtout faciles à exploiter avec elles…

Schématiquement, on a coutume de dire par exemple qu’un grand triangle permet une diffusion harmonique des énergies, et est donc plus facile à vivre qu’un grand carré qui est un peu son opposé par exemple, qui matérialise une tension psychique importante, un conflit interne à sublimer.

Cependant, dans les faits réels, il n’y a pas de fatalités absolues, et souvent le grand triangle pourra entrainer une passivité stérile, tandis que le grand carré sera un puissant moteur de réalisations au travers de l’insatisfaction et de l’instabilité qu’il produira, donc tout dépend ce que l’on appelle ici « chance » !

D’autre part intervient aussi ce que l’on pourrait appeler « le déroulement du thème », c’est à dire ses multiples actualisations en Progressions et en Transits au cours d’une vie, qui rythmeront l’expression des énergies natales, les moduleront…

Et là, j’ai remarqué notamment régulièrement au travers de ma consultation déterminant les périodes de chance, que certaines personnes ont effectivement globalement plus de « dates facilement exploitables » au total, en recherchant évidemment les mêmes types de configurations astrologiques, que d’autres personnes…

Par exemple, sur 10 années étudiées, une personne va voir ressortir plus de 200 dates, quand une autre en verra beaucoup moins. Certes, c’est sur une période déterminée, donc rien ne dit que cela ne s’inversera pas pour les 10 années suivantes, on ne peut établir de généralités absolues, mais tout de même, certains schémas astrologiques sont intrinsèquement plus propices à cela, ils ont une configuration qui, par nature, crée des cycles de tensions très fréquents

J’aurais tendance à dire que plus la figure du natal est « complexe » (au sens géométrique du terme), plus logiquement il va être compliqué de dégager des périodes totalement harmoniques, alors que sur une figure plus « simple » comme le Stellium par exemple (un gros amas dans un coin puis c’est tout), son fonctionnement est beaucoup plus rudimentaire et excessif : quand ça marche tout marche, quand ça explose, ça pète dans tous les coins en même temps !

On revient en outre toujours au final à la détermination centrale du terme « chance » ?

J’aurais tendance à dire, d’un point de vue d’une astrologie humaniste, que la « chance ultime » c’est déjà « simplement » de réussir à réaliser la totalité de son thème le plus pleinement et en conscience possible, d’atteindre l’Individuation jungienne…

Et si on admet la « chance » dans cette optique là, alors c’est quelque chose que l’on se construit au quotidien, même dans les « mauvais jours » et les « phases de tension », mais cela devient aussi quelque chose de potentiellement plus « durable » et évolutif mis sur la perspective de la durée de la vie entière…

Pensez à vous abonner à la newsletter astro pour être tenus informés des dernières publications !

A lire pour approfondir vos connaissances astrologiques : Par où commencer pour apprendre l'astrologie et Etudier Dane Rudhyar


Fil d'ariane : Consultations >>
Vous aimerez aussi les articles astro suivants :

Que peuvent nous enseigner les énergies planétaires de Mars et de Saturne en termes de forces personnelles et sociales à employer en thème natal, transits

Comment analyser les éléments prévisionnels astrologiques ? est ce que les progressions secondaires ont des interactions avec les transits ?

Le principe de volonté est assez central car de lui découle nos différents actes et notre caractère, il est à la source de beaucoup de processus astrologiques…

Certains psychologues ont reproché à différentes sciences sociales ou pratiques interprétatives, métaphysiques, dont l’astrologie, d’user ou d’abuser de « biais cognitifs » qu’en est il ?

Le point sur ces planètes selon la connaissance actuelle et ce que l’on peut en déduire astrologiquement, entre mythes et réalités…

Contacter un astrologue sérieux et professionnel Abonnez vous à la lettre d'information astrologique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “ La « chance » transparait elle dans les astres et l’astrologie ?

  1. Bonjour, sans (du tout !) parler « prévisions », de mon côté en terme de chance j’entends plutôt quelque chose comme « la part de fortune » : est-elle la carte à jouer (avec bcq de guillemets), disons plutôt les valeurs (de la maison, du signe où elle se trouve) qui, si elles sont exprimer, incarnées, utilisées… aideront le plus (soit, qui porteront le plus « chance »).

    • Bonjour,
      Je n’ai intégré aucune des parts arabes à ma pratique de l’astrologie, comme celles-ci sont issues d’autres facteurs astrologiques, je considère qu’elles ne peuvent pas vraiment nous apporter énormément plus d’informations que ceux ci, que je préfère donc étudier directement…
      Ceci dit, je ne doute pas que l’on puisse obtenir certains résultats avec telle ou telle part, dont la part de fortune, mais cela reste pour moi toujours de l’ordre de précisions supplémentaires, cela ne fait pas partie du structurel, qu’il faut toujours étudier en priorité…